arbor

les arbres prennent la pose

livre

"arbor"

texte de jean-paul curnier

aux éditions actes sud

lien actes sud, beaux livres

jean-paul curnier (1951-2017)

merci jean-paul pour ton merveilleux texte qui illumine mes photographies.

arbor-pour-wix2.jpg

D’abord un reproche : que vous ne m’ayez pas demandé une introduction pour le livre admirable sur les arbres.

Je l’aurais écrite avec autant de bonheur que de respect.

Car vous nous donnez, au regard de ce que je connais sur le thème (où j’ai plus de familiarité avec les textes qu’avec les images, surtout modernes),

les témoignages d’un regard d’exception, sensible au mouvement du temps dans sa marche avec l’arbre. Votre livre montre le temps dans la défaite des abandonnés, dans l’obstination des amputés, en rage contre ce qui veut enfermer, en accord avec les plus pauvres lumières. Le temps lui-même, l’insaisissable accompli où l’émotion d’être au monde oublie sa brièveté.

Le temps de la beauté, parfois terrible.
Il faut que vos images (si ce n’est déjà fait) s’exposent, aillent vers les yeux, émeuvent et enseignent au-delà des limites du livre.
Merci d’avoir bien voulu me faire partager votre regard, miraculeux par ces jours de cécité, de dévotion au convenu.

Pierre Lieutaghi,
Ecrivain, ethnobotaniste.

dans la presse (extraits)

“Quand les arbres communs racontent des histoires d’exception.
De nombreux ouvrages sont consacrés aux arbres. Mais arbor se distingue en refusant l’exotisme. Saisis par l’objectif d’Antoine Herscher, les arbres du commun sortent de l’anonymat pour raconter aux hommes des histoires inattendues.. [...]
Et l’on vagabonde ainsi entre le rêve et la réalite. [...]
Aucun être humain n’apparait sur les photos. Mais l’homme est omniprésent.. [...] Arbor est autant un livre — magnifique — sur les arbres que sur l’homme.”
Jean-Pierre Tuquoi , Reporterre

 

“Chaque photographie est une scène, raconte une histoire. Une histoire d’arbre(s) [...] D’où sourd parfois l’étrange, l’inquiétant même. [...] Mais il arrive aussi àces arbres photographiés avec sentiment d’être un support à la rêverie, àla mélancolie. Quand ne pointe pas la surprise, l’amusement, voire la cocasserie. Car, àdéfaut de pouvoir parler, les arbres nous disent bien des choses...”

L. Je. Le Monde

 

"Antoine Herscher […] a posé sur les arbres un regard acéré. […] Il leur a tiré le portrait dans un noir & blanc tout en nuances de gris, au format carré, donnant à certains de ses modèles un caractères humain. Des images que l'on retrouve dans ce petit livre bien imprimé."
Carolien Mallet, Réponses Photo
 
"Un pur livre de photos, mais quelles photos ! Le noir et blanc dans toute sa simplicité, d'un format carré à la fois intransigeant et tranquille."
"L'œil d'Antoine Herscher nous invite à la plus salutaire des introspections".
Jean-Paul Collaert, Hommes et Plantes
 
"Vous serez sans aucun doute interpellé par tant de beautés."
L'ami des jardins et de la maison
 
"Avec audace et talent, le photographe entreprend de dresser soixante portraits d'arbres, sorte de chaînon essentiel du Vivant, comme il le ferait pour des êtres vivants."
"Ces clichés en noir et blanc présentent une vision à la fois poétique et méditative."
"Du pur bonheur sur papier glacé."
Gil Lorfèvre, Midi Libre
 
"Le livre d'Antoine Herscher est une invitation à s'ouvrir au monde."
"Les superbes images en noir et blanc d'Arbor visent à […] nous rendre le monde présent."
Serge Canasse, La revue du praticien
 
"Arbor : des portraits d’arbres en noir et blanc, magnifiques. […] L’arbre sous toutes ses formes. […] Une magnifique texture, une magnifique couleur. Cet ouvrage donne la place qu’à l’arbre dans notre société actuellement."
Jean Luc Pasquier, Radio Fribourg

“Antoine Herscher est un poète muet. […] Ce livre extraordinaire remet les compteurs à zéro et relance le balancier du temps, celui, lent et structuré, d’une nature à quatre saisons."
François Xavier, Salon Littéraire
 
"Un très beau petit livre intitulé arbor, aux tonalités doucement fantastiques."
Fabien Ribery, Blog
 
"Page après page, Arbor nous fait entrer en conversation silencieuse avec le monde à vie lente de la forêt. Chaque image, comme autant de traces poétiques, romanesques ou méditatives, nous fait cheminer avec surprise et ravissement dans la beauté de l'égarement."
Albert Huber, Réforme

“C’est l’interminable déclinaison formelle qui a séduit l’auteur quand il a réalisé ce projet. Ses photographies sont intéressantes car il cherche à nous placer devant les aspects les plus singuliers des arbres, qui ont leur langage plastique à eux, que l’homme provoque parfois, mais qu’ils savent s’inventer dans la nature sans l’intervention de qui que ce soit. […] Le plaisir est ici au rendez-vous et qu’est-ce que nous pourrions attendre de plus. Puisque l’auteur ne “truque” pas ce qu’il voit, ses possibilités sont limitées aux perceptions et aux découvertes de son il. Mais cela suffit amplement à créer l’enchantement.“
Gérard-Georges Lemaire, Verso Hebdo

hors ouvrage :